Couverture de la revue - Tous narcissiques !

N° 78 - Tous narcissiques !

Revue publiée en octobre 2018

Acheter la revue


Jean-Pierre Benoit, Didier Lauru

Le narcissisme est un concept fondamental de la psychanalyse. Aussi fondamental que complexe. Il se définit comme l’amour de soi, amour que le sujet s’accorde à lui-même, amour propre. Freud considérait qu’il s’agissait d’une étape du développement de la libido, qu’il situait à mi-chemin entre l’autoérotisme et le choix d’objet d’amour. Cet investissement de soi-même a été baptisé « narcissisme » en référence au personnage mythologique Narcisse qui n’aimait que lui-même, négligeant son entourage, y compris la malheureuse nymphe Écho qui en était profondément éprise.

L’état originaire pourrait être uniquement narcissique. On a pu le qualifier de narcissisme primaire. On considère qu’à ce stade, le nouveau-né investit son corps propre et des fragments du corps de la mère qu’il vit non différencié du sien. Le narcissisme secondaire refléterait l’appréhension de la réalité, et permettrait de s’attacher à des objets d’amour, à ses parents en particulier. Seules les fixations et les formes excessives du narcissisme relèveraient de la pathologie, alors qu’un narcissisme bien tempéré serait signe de stabilité.

Les premiers liens conditionneraient l’ensemble de l’équilibre narcissique ultérieur. La relation mère-enfant, par l’étayage affectif qu’elle offre au nouveau-né, construit ce narcissisme fondateur dont dépendra l’équilibre relationnel et émotionnel du fonctionnement psychique ultérieur. Dès la première enfance, des troubles ou « failles narcissiques » se font jour lorsque l’enfant a vécu dans un environnement carencé ou insécure. Les cliniciens le constatent quotidiennement en accompagnant ces enfants. Les troubles du comportement, les difficultés relationnelles, les crises émotionnelles sévères représentent souvent la traduction externe d’un narcissisme fragilisé. Comment prévenir l’éclosion de tels dysfonctionnements altérant l’image narcissique de l’enfant ? Et quelles modalités thérapeutiques adopter ? En protection de l’enfance, pour prévenir l’installation des désordres relationnels et émotionnels, la théorie du narcissisme peut-elle aider les professionnels ?

Les distorsions du narcissisme pourraient être à l’origine de diverses pathologies. Dans ce numéro, les auteurs reviendront largement sur les impasses, écueils et avatars du narcissisme dans différentes occurrences cliniques. Dans la psychose et les schizophrénies, bien sûr. Mais également dans les troubles dits narcissiques sévères, se traduisant par l’intolérance à la frustration, les passages à l’acte, l’appétence addictive, autant de modes d’être propres à l’économie narcissique des sujets en état limite.

Les cliniciens considèrent aujourd’hui que les pathologies narcissiques ont détrôné les troubles névrotiques dans les demandes de soin. Simple conséquence de l’accès aux soins psychiques d’une frange plus large de la population, ou modification profonde des constitutions psychiques ? Le déclin de la fonction paternelle ou les affaiblissements institutionnels sont-ils responsables de cette évolution ? Les défaillances environnementales dont on connaît l’impact sur l’estime de soi sont-elles aujourd’hui plus fréquentes aujourd’hui qu’hier ?

L’omniprésence du narcissisme aujourd’hui a-t-il à voir avec la place prise par l’image dans le monde d’aujourd’hui ? Du reflet de son image dans l’eau d’une mare, dans les temps anciens, à la peinture, en passant par le miroir, un ensemble de supports ont cherché à lui donner corps. Aujourd’hui, les écrans offrent un support immédiat, transformable et susceptible d’être immédiatement partagé. On peut jouer de son image, l’enjoliver, la cacher, la suggérer. Le succès des selfies et leur usage immodéré en sont bien la preuve.

Quels changements apporte cette omniprésence de l’image dans la clinique ?

À l’adolescence, le narcissisme semble remis au goût du jour, l’image de soi se sacralise. Les adolescents font preuve d’une très grande sensibilité face à leur image tant psychique que physique. Une parole anodine d’un adulte peut déclencher un orage verbal ou comportemental chez l’adolescent. Aujourd’hui plus qu’hier, les adolescents semblent pris dans les injonctions du paraître. Leur monde est peuplé de modèles, modèles du bien, modèles du beau, autant de figures qui les obligent à conformer leur image aux standards universels. Le corps devient une scène sur laquelle l’identité peut s’affirmer. Les tatouages, les piercings en témoignent.

L’enfant aujourd’hui n’est-il pas devenu à lui seul un objet narcissique ? Support des projections parentales des désirs inassouvis, enfant précieux, narcissiquement comblant ? Ne risque-t-il pas sa subjectivité par trop d’aliénation au désir de l’Autre ?

Éditorial

L’éloge du symptôme ?

Didier Lauru, psychanalyste, psychiatre

Le dossier : Tous narcissiques !

Introduction

Jean-Pierre Benoit, pédopsychiatre, chef de pôle pédopsychiatrie, Centre Hospitalier de Saint-Denis

Didier Lauru, psychanalyste, psychiatre

Culture et identification : deux échappatoires devant la tromperie

Qui regarde quoi ?  De « Narcisse » du Caravage à la « première présentation au miroir »

Daniel Marcelli, professeur émérite de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

Pour introduire le narcissisme… Commentaires d’anthropologie clinique

Olivier Douville, psychanalyste, maître de conférences des universités, Université Paris Diderot

Le narcissisme, un socle pour le développement

Remaniements du narcissisme maternel dans la parentalité

Michèle Pollak-Cornillot, ancienne maître de conférences de psychologie clinique à l’université Paris Descartes et psychanalyste d’enfant au Centre Alfred Binet

Enjeux narcissiques dans la clinique et les soins psychiques des enfants très violents, victimes de traumatismes relationnels précoces

Emmanuelle Bonneville-Baruchel, psychologue clinicienne, maître de conférences en psychopathologie et psychologie clinique à l’université Lumière Lyon 2

Narcissisme et psychose

Laurent Delhommeau, psychiatre, psychanalyste, médecin directeur de l’hôpital de jour Gombault Darnaud

Quand narcissisme rime avec sensibilité

Honte narcissique à l’adolescence

Jean-François Solal, psychiatre, psychanalyste

« Regards Croisés ». Fonction du regard et narcissisme à l’adolescence

Nathalie Makdessi, psychologue clinicienne, psychanalyste ; consultante à La Maison des Adolescents de Saint-Denis

Hypertrophies du narcissisme

Didier Lauru, psychanalyste, psychiatre

Jean-Pierre Benoit, pédopsychiatre, chef de pôle pédopsychiatrie, Centre Hospitalier de Saint-Denis

Enjeux et figures cliniques

Adoption, miroirs et reflets narcissiques

Olivia Farkas, psychologue clinicienne, psychothérapeute ; Consultation Adoption cmp du Figuier, Paris 4ème

Le selfie adolescent : du premier regard au premier miroir, un au-delà du narcissisme

Florent Sarnette, psychologue clinicien, Centre Hospitalier Montfavet (Avignon) ; membre associé au lapcos ; Université Nice Sophia Antipolis

Scarifications adolescentes : une violence narcissique

Catherine Rioult, psychologue clinicienne, psychanalyste ; chercheur(e) associée au Laboratoire techniques et enjeux du corps, Université Paris Descartes

Les tribunes

 

À propos

Figures du monstre en psychothérapie analytique. Deux cas d’enfants violents accueillis en Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (itep)

Mélanie Georgelin, psychologue clinicienne, chargée de cours à l’Université Paris Descartes

En direct des pratiques

Apport de la recherche : de la pesée emmaillotée à un enveloppement institutionnel dans un centre de pmi au regard de la théorie de l’attachement

Anne Lucas, infirmière-puéricultrice responsable de centre de pmi, Paris 18ème

L’atelier Corps Et Parole ; une application singulière du judo pour favoriser l’émergence d’une parole sur ce qui fait violence

Patrick Larose, Directeur éducatif, Équipe des Transitions Adolescentes et de Prévention des Exclusions (étape)

Post-scriptum

Entre mère et bébé : voix, rythmes et mélodies

Le Groupe Berceuses et Comptines au Centre de Psychopathologie Périnatale du Boulevard Brune (cpbb)

Pascaline Marpeau, puéricultrice et coordinatrice des soins, Centre de psychopathologie périnatale du Boulevard Brune (cpbb), Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris

Jean-Marie de Lépinay, orthophoniste, Centre de psychopathologie périnatale du Boulevard Brune (cpbb), Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris

 

Le cabinet de lecture

 

Illusions et souffrances Les migrants chinois à Paris

Simeng Wang

 

Des familles et des bébés troublés. Prévention et soins précoces

Annick Le Nestour (sous la direction de)