Couverture de la revue - Troubles dans l'école

N° 54 - Troubles dans l'école

Revue publiée en octobre 2012

Acheter la revue


Les violences qui troublent le milieu scolaire préoccupent de plus en plus les différents acteurs concernés (communauté éducative, médecins, pouvoirs publics). Les problèmes comportementaux, les fameux « troubles du comportement », sont un motif de plus en plus fréquent de consultation en pédopsychiatrie. L'école, pour beaucoup d'enfants, représente la première expérience de vie en société, avec son lot de frustrations qui paraissent de moins en moins supportées. Les exigences de l'école, ses objectifs reflètent surtout des choix sociétaux bouleversés, dépendants aussi des crises économiques successives. Ce numéro s'attache, dans un premier temps, à redéfinir les concepts de violence et de troubles du comportement à partir de regards croisés d'intervenants d'horizons divers. La manière dont le jeune enfant peut tisser ses premiers liens d'attachement influence fortement sa capacité à devenir élève, à utiliser l'école comme lieu d'apprentissage mais aussi comme lieu de construction personnelle, d'expérience sociale. Des réponses institutionnelles sont expérimentées depuis plusieurs années et de différentes manières : une présentation réflexive envisage leur pertinence. La place de chacun des acteurs professionnels face à ces situations individuelles ou face aux crises des dispositifs est examinée dans la perspective d'une évolution éventuelle des missions de chacun.

Troubles du comportement à l’école : réponses troublées de l’école ?

Romain Dugravier, Odile Faure-Fillastre*

Professionnels de tous horizons (Education nationale, services de santé, travailleurs sociaux) nous entendons régulièrement parler des violences à l’école, d’enfants présentant des troubles du comportement toujours plus graves, toujours plus jeunes. Pourtant, les enquêtes récentes menées auprès des élèves, des enseignants et des directeurs d’établissement permettent de dresser un tableau plus nuancé. Des violences les plus extrêmes qui, bien que rares, sont souvent relayées sous forme de faits divers aux incivilités du quotidien, le spectre est large. Peut-être que les comportements ont évolué aussi, ainsi que les institutions et le rapport des individus à ces institutions.

En effet, les exigences de l’école, autant que ses objectifs ont été largement modifiés, les crises économiques ont contribué à rompre le consensus. De « l’élève au centre de l’école » en 1989 aux « savoirs au centre de l’école » en 2005, traversés par la loi de 2005 sur l’intégration puis l’inclusion des élèves en situation de handicap, le système a évolué reflétant l’évolution de la société, plus centrée sur l’individu et la nécessaire sécurité de chacun au sein des espaces collectifs. Parallèlement, les structures familiales, les attentes des parents, les conceptions éducatives ont elles aussi évolué.

L’école se retrouve parfois être la première, voire la seule, expérience sociale autre que la famille pour les enfants puis les adolescents. La manière dont le jeune enfant peut tisser des liens d’attachement sécures ou non influence fortement sa capacité à devenir élève, à utiliser l’école à la fois comme lieu d’apprentissage mais aussi comme lieu de construction personnelle, d’expérience sociale.

Une réflexion sur ces questions complexes, au-delà du sensationnel ou de ce qui est donné à voir, médiatisé, nécessite un éclairage sur la terminologie, la nosographie, les situations observées relativement aux divers champs professionnels concernés : éducatif et scolaire, psychologique et pédopsychiatrique, social.

Des réponses institutionnelles sont expérimentées depuis plusieurs années et de différentes manières : une présentation réflexive de certaines d’entre elles permettra d’envisager leur pertinence. La place de chacun des acteurs professionnels face à ces situations individuelles ou aux crises des dispositifs sera examinée dans la perspective d’une évolution éventuelle des missions de chacun.

La première partie du dossier propose un cadre terminologique et théorique. Reprendre les termes d’usage courant dans l’enceinte de l’école (violence, troubles du comportement, incivilités, harcèlement), doit permettre de poser les bases d’une réflexion sur le climat scolaire et l’apprentissage de compétences sociales à l’école désormais explicitées dans le socle. La seconde partie aborde les enjeux particuliers de ces troubles à l’adolescence. Certains d’entre eux fréquentent de moins en moins le collège aussi bien par absentéisme que par exclusions répétées décidées par l’institution scolaire. Des interprétations, psychologiques, psychanalytiques ou sociologiques éclaireront ces situations qui constituent rapidement des impasses pour les adolescents qui pourront bénéficier de propositions institutionnelles alternatives. La troisième partie du dossier propose des mises en œuvre diverses, tentatives pour répondre ponctuellement ou plus durablement à quelques troubles dans l’école, elle-même bousculée par ces perturbations.

Une réflexion sur l’autorité à l’école menée par Eirick Prairat fera écho à ce dossier en tribune « A propos ».

* Romain Dugravier, pédopsychiatre.

* Odile Faure-Fillastre, inspectrice de l’Éducation nationale en charge de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés (ASH).

Dossier coordonné par Romain Dugravier et Odile Faure-Fillastre

Éditorial

Entre poros et tekmor, comment trouver son chemin dans les nouvelles pratiques numériques ?

Jean-Louis Le Run, pédopsychiatre, médecin-chef du 1er secteur de psychiatrie infanto-juvénile de Paris

Le dossier : Troubles dans l’école

Introduction : Troubles du comportement à l’école : réponses troublées de l’école ?

Romain Dugravier, pédopsychiatre

Odile Faure-Fillastre, inspectrice de l’Éducation nationale en charge de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés (ASH)

Troubles dans l’école : de quoi parlons-nous aujourd’hui ?

Des troubles dans l’école...  De qui et de quoi parlons-nous ?

Odile Faure-Fillastre, inspectrice de l’Éducation nationale en charge de l’adaptation scolaire et de la scolarisation des élèves handicapés (ASH)

Les mécanismes psychologiques de la violence : mieux les comprendre pour mieux répondre

Jean-Louis Le Run, pédopsychiatre, médecin-chef du 1er secteur de psychiatrie infanto-juvénile de Paris

Violence à l’école. La théorie de l’attachement : un outil pour mieux comprendre

Romain Dugravier, pédopsychiatre

Violence, école et adolescence

Penser la violence adolescente dans le cadre scolaire ?

Didier Lauru, psychanalyste, psychiatre, président du Collège international de l’adolescence (CILA)

Un accueil pour les collégiens exclus : proposer un temps de réflexion et de remobilisation suite à une sanction

Nicole Dufrenoy, présidente de l’association PEP75, Paris

Edwige Core, médiatrice culturelle, responsable de l’Accueil scolaire Torcy, Paris

Les « décrocheurs » scolaires : une manifestation de l’effondrement de la fonction paternelle ?

Patrick Delaroche, psychanalyste, pédopsychiatre, responsable d’unité de psychodrame à la Salpêtrière, Paris

Inventer, créer des réponses possibles

Les traumatismes : violences à l’école, violence de l’école

Catherine Viard-Chevrel, psychologue à l'Éducation nationale responsable de la cellule psychologique d'urgence de l'académie de Paris, psychologue clinicienne, Paris

Enfants en souffrance, enseignants en difficulté

Maryse Raguideau, professeur des écoles, psychologue clinicienne et psychologue scolaire, Paris

La scolarisation des élèves présentant des difficultés psychologiques à expression comportementale : l’école à l’ITEP, l’ITEP à l’école.

Catherine Ponsard, enseignante spécialisée, directrice d’école, coordonnatrice pédagogique, responsable de l’UE de l’ITEP les Mouettes, Fondation Vincent de Paul, Strasbourg

L’atelier pédagogique de Nanterre : une expérimentation interinstitutionnelle pour les décrocheurs scolaires

Marie Gilloots, pédopsychiatre, centre Jean Wier, Nanterre

Les tribunes

À propos

L’autorité malmenée

Eirick Prairat, professeur de sciences de l’éducation à l’université de Lorraine et membre de l’Institut universitaire de France (IUF)

L’enfance de l’art

Enfance et survivance

David Benhaïm, psychanalyste, Montréal

En direct des pratiques

Une utilisation originale du dessin de la famille dans l’entretien préliminaire enfant/parent

Sofia Chraibi, psychologue clinicienne, psychanalyste, docteur en psychopathologie clinique et psychanalyse, chargée d’enseignement, université Toulouse-II Le Mirail

Sonia Harrati, maître de conférences en psychologie clinique, université Toulouse-II Le Mirail, expert psychologue auprès des tribunaux

David Vavassori, maître de conférences en psychologie clinique, université de Toulouse-II Le Mirail, psychologue clinicien

Un aspect de la dynamique des groupes

Naoum Dahan, psychologue, CMP Brantôme, pôle Paris Centre-Est

Dans le grenier d’enfances&PSY

Comparaisons entre les notions de syndrome d’instabilité psychomotrice et de syndrome hyperkinétique

Julian de Ajuriaguerra. Introduit par Fabien Joly, psychanalyste, psychologue clinicien, psychomotricien, docteur en psychopathologie, Dijon

Le cabinet de lecture

Nos ados.com en images. Comment les soigner ?

Xavier Pommereau

Mon expérience de l’autisme. Garance, autour d’Écouter Haendel

Scarlett et Philippe Reliquet