Fossette sacro coccygienne : découvrez l’anatomie et les implications médicales

Cathie
0 comment
Fossette sacro coccygienne
5/5 - (1 vote)

La fossette sacro coccygienne est une petite dépression cutanée située au bas du dos, au – dessus de l’anus. Elle est présente chez environ 5 % des nouveau-nés et n’a généralement pas de conséquences sur la santé. Mais dans certains cas, elle peut être le signe d’une anomalie du développement de la moelle épinière ou du rachis. Dans les lignes à suivre, trouvez tout ce qu’il y a à savoir sur cette particularité anatomique.

Quelles sont les origines de la fossette sacro coccygienne ?

La fossette sacro coccygienne se forme au cours de l’embryogenèse, c’est-à-dire, le processus de développement du fœtus. Elle résulte d’une fermeture incomplète du tube neural, qui donne naissance à la moelle épinière et au cerveau. Normalement, le tube neural se referme entre le 17e jour et le 28e jour de gestation. Toutefois, dans certains cas, il persiste une petite ouverture au niveau du sacrum, qui est l’os situé à la place de la colonne vertébrale. Cette ouverture est recouverte par la peau et forme une fossette.

La plupart du temps, la fossette sacro coccygienne est isolée et ne communique pas avec le canal rachidien, qui contient la moelle épinière. On parle alors de fossette « typique » ou « bénigne ». Elle n’a pas d’impact sur le fonctionnement du système nerveux et ne nécessite pas de traitement particulier.

Lire également :  Pourquoi le Desomedine a été retiré du marché ?

Mais dans environ 10 % des cas, la fossette sacro coccygienne est associée à une malformation plus grave appelée « dysraphisme spinal ». Il s’agit d’un défaut de fermeture des arcs vertébraux postérieurs, qui laisse apparaître une partie de la moelle épinière ou des méninges (les enveloppes protectrices du système nerveux central). On parle alors de fossette « atypique ou maligne ». Elle peut entraîner des troubles neurologiques, urinaires ou orthopédiques.

Comment reconnaître une fossette sacro coccygienne typique ou atypique ?

La fossette sacro coccygienne est souvent détectée à la naissance par le médecin ou la sage-femme qui examine le bébé. Il existe plusieurs critères pour distinguer une fossette typique ou atypique. Il peut s’agir de :

  • La localisation : une fossette typique se situe dans le pli inter fessier, proche de l’anus, alors qu’une fossette atypique se situe plus haut, sur les côtés ou au milieu du dos ;
  • La taille : une fossette typique a un diamètre inférieur à 5 mm et une profondeur inférieure à 2 mm, alors qu’une fossette atypique est plus large et plus profonde ;
  • Signes cutanés : une fossette typique a une peau normale, alors qu’une fossette atypique peut être accompagnée d’une touffe de poils, d’une tache pigmentée, d’un angiome (tache rouge), d’un lipome (bosse graisseuse) ou d’un sinus (petit orifice) ;
  • Les symptômes : une fossette typique ne provoque aucun trouble, alors qu’une fossette atypique peut être responsable de changements neurologiques (faiblesse musculaire, troubles sensitifs), de problèmes urinaires (incontinence, infection), de blocages rectaux (constipation) ou de déformations orthopédiques (scoliose, pied bot).

Quels sont les examens et les traitements de la fossette sacro coccygienne ?

Si le médecin suspecte une fossette sacro coccygienne atypique, il peut prescrire des examens complémentaires pour confirmer le diagnostic et évaluer l’importance du dysraphisme spinal. Il peut s’agir d’une échographie, d’un scanner ou d’une IRM de la colonne vertébrale. Ces examens permettent de visualiser la moelle épinière, les nerfs, les enveloppes et les vertèbres.

Lire également :  Que manger en cas de clostridium difficile ?

Le traitement de la fossette sacro coccygienne dépend de la sévérité de la malformation et des symptômes associés. En effet, dans le cas d’une fossette typique, il n’y a pas besoin d’intervention chirurgicale. Il suffit de surveiller régulièrement la fossette et de la nettoyer avec un antiseptique pour éviter les infections.

Dans le cas d’une fossette atypique, une chirurgie peut être nécessaire pour libérer la moelle épinière ou les méninges qui sont comprimées ou exposées. L’objectif est de prévenir ou de traiter les complications neurologiques, urinaires ou orthopédiques.

Related Posts

Laisser un message